Le Golden Khersonese

Ruins of Greek church and St. Vladimir Orthodo...

Image via Wikipedia

Le Golden Khersonese

Il fut un temps où la Malaisie vivait une vie très paisible sans être perturbée par les envahisseurs et les marchands étrangers. Cette époque que l’on nomme le Khersonese d’or témoigne d’une époque où Il n’y avait pas de guerre, pas de famine ni maladies que subissaient les autres pays de l’Asie.

Au cours de 2 000 ans, les échanges commerciaux ente l’Inde et l’archipel de la Malaisie qui furent très intense eurent comme conséquences la propagation de l’hindouisme ainsi que les mariages interraciaux ente les Malais, les Tamils et les Gujeratis dans les régions du sud du pays. Les mariages entre les Thaïlandais et les Malais étaient fréquents. Il en résulta une grande influence de la cuisine thaïlandaise que l’on peut observer dans les états de Perlis et de Kelantan qui bordent le nord de la péninsule de Malaisie. Il en est de même dans l’état de Trengganu ainsi qu’à Penang dont la cuisine à ajouter le tamarin, le carambole amer, la lime, le chile, ce qui a eu pour conséquence d’ajouter des plats thaïlandais à leur menu.

Les fines herbes sont fréquemment utilisées dans la cuisine du nord. Ainsi, on note la présence de la citronnelle, les feuilles de pandanus, les feuilles de combawa, les feuilles kesum (daun kesum), de même que les feuilles de basilic (daun kemanggi), le curcuma, le zedoari (cekur ou kencur), le gingembre sauvage.

Une délicieuse recette du nord du nom de Nasi Ulam ou Kerabu est préparée avec du riz cuit dans des feuilles de pandanus, du galanga, de la citronnelle, des feuilles de combawa, le tout mélangé avec une variété de 5 à 6 fines herbes (ulam) différentes provenant du jardin ou du marché et servi comme repas léger ou pour accompagner d’autres plats sans oublier de l’accompagner d’une sauce piquante (sambal).

La région du centre, Negeri Sembilan, fut profondément marquée par la cuisine Minangkabau (Minangkerbau) de Sumatra en raison d’un afflux important de travailleurs indonésiens dans les mines de Kuala Lumpur au début du 20e siècle. Le plus que délicieux Rendang Padang qui consiste à cuire lentement pendant une longue durée du boeuf asiatique dans une sauce de noix de coco épicée est considéré comme un plat de prestige lors des célébrations et des festivités. La cuisine de Johore, à l’extrême sud, comprend des plats qui s’inspirèrent quant à eux de la cuisine de Java.

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :